Du bon usage du martyr et du sacré

Cet article a été écrit sur le site « ZEMMOUR & NAULLEAU » le 24/09/2012 au sujet de leurs émission dans laquelle ils évoquaient la responsabilité de Charlie Hebdo et de ses caricatures de Mahomet dans les violences des pays arabes/musulmans.


 

Dans le préambule de votre émission diffusée sur M6 le 24/09/2012, vous avez interpellé les dirigeants de Charlie Hebdo en demandant s’ils considéraient comme des « martyrs de la liberté d’expression » les personnes tuées par des Musulmans offensés par les dénigrements de Mahomet.

Cette pseudo question est choquante à plus d’un titre.

D’une part, vous feignez d’oublier qu’un martyr est une personne qui choisit de se sacrifier pour sa cause. Or les personnes qui ont été tuées n’ont rien choisi et ne défendaient pas leur cause. Elles ont été ciblées non pour ce qu’elles auraient fait mais pour leur seule nationalité. Évoquer un potentiel martyr dans ces conditions, c’est avaliser ce genre d’amalgame raciste qui rend toute personne responsable des « blasphèmes » de ses concitoyens.

Cette démarche implique d’autre part que tout occidental en pays musulman serait de facto un otage, et que cela imposerait par principe une renonciation totale, partout dans le monde, de toute critique, de tout propos qui aurait l’heur de déplaire aux Musulmans. Il est d’ailleurs notable que l’imam de Drancy ait fait part de l’inquiétude de Français en Tunisie qui se seraient émus que Charlie Hebdo n’ait pas pensé à eux en publiant leurs caricatures. Nos compatriotes de Tunisie seraient donc bien des otages dont la sécurité serait menacée et pour lesquels il faudrait s’abstenir de toute critique de l’Islam ?

Lors, loin de dénoncer cette prise d’otage à grande échelle, vous conspuez ceux qui refusent ce chantage. Dans cette inversion de responsabilité douteuse, vous jetez l’opprobre non sur les preneurs d’otage, mais sur ceux qui refusent de payer la rançon.

Vous ajouter l’abjecte à l’odieux lorsque, pour justifier votre soutien à l’interdiction du blasphème, vous évoquez le remplacement du « sacré » religieux par d’autres formes de « sacré » comme la Shoah. Et d’insister sur le fait qu’il n’y aurait pas de liberté d’expression sur la Shoah alors même que cette liberté serait invoquée pour justifier les caricatures de Mahomet. Ce faisant, vous dénaturez le sens de « sacré » pour mettre au même niveau une croyance religieuse et la simple décence due à des millions de morts victimes de la pire des barbaries humaines. Dans la sphère religieuse, le « sacré » des uns peut être l’hérésie ou le blasphème des autres : ce « sacré » n’engage que ceux qui ont la foi. Le respect de la mémoire des victimes de la Shoah relève du minimum d’humanité associée au respect de la vie humaine. En assimilant la Shoah aux croyances religieuses, vous signifiez que la réalité de ce génocide relèverait d’une simple croyance sans fondement et que l’assassinat de millions de victimes innocentes ne serait condamnable que sous certains cieux. Si une telle ignominie a déjà été prononcée dans ces termes par Mahmoud Ahmadinejad, l’entendre et la voire reprise à votre compte dans votre émission est plus que choquant.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s